Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Encore plus d’austérité en 2013 au Portugal


Le gouvernement portugais prépare un véritable choc fiscal pour 2013. Les ménages vont devoir supporter cette nouvelle vague d’austérité



Manifestation du 21 septembre 2012 devant le palais présidentiel à Lisbonne (photo marie-line darcy)
Manifestation du 21 septembre 2012 devant le palais présidentiel à Lisbonne (photo marie-line darcy)
PORTUGAL. Le gouvernement portugais prépare un véritable choc fiscal pour 2013. Les ménages qui vont devoir supporter cette nouvelle vague d’austérité. Le projet de budget 2013 prévoit d’engranger 2,8 mrds € grâce à la réforme fiscale dictée par l’obligation de revenir à 4,5 % de déficit du PIB l’an prochain. « L’énorme poids fiscal » formule utilisée par le ministre des Finances, Vitor Gaspar, touchera l’ensemble de la population portugaise, avec un taux moyen des impôts sur le revenu qui passera de 9,8 % cette année à 13,2 % en 2013. La réduction des échelons de l’impôt de 8 à 5 et la surtaxe de 4% appliquée à tout le monde est présentée comme une démarche « égalitaire » face à l’impôt. Dans la réalité, malgré la création d’une nouvelle contribution pour les hauts revenus s’apparentant à la CIG française, et une taxe du type Tobin aux contours encore mal définis, la pression fiscale reste plus importante sur les bas revenus.

L’État va également poursuivre sa politique de contention des dépenses. Les contrats à durée déterminée de l’administration seront réduits de moitié, les entreprises d’État baisseront de 50 % les frais annexes (déplacements, repas, communication non opérationnelle), et devront se séparer de 3 % de leur personnel. À noter que le secteur des transports verra ses effectifs diminuer de 20 %.

Crise politique et sociale

« Le Portugal n’a aucune marge de manœuvre pour changer de politique », a déclaré Vitor Gaspar en présentant son projet de budget lundi 15 octobre 2012. Las, en réalité, il existe une possibilité de resserrer encore la vis de l’austérité. Le grand argentier portugais a demandé aux députés de sa majorité de centre droit, qui doivent examiner le budget les 30 et 31 octobre 2013, de faire des propositions pour économiser entre 500 M€ et 1 mrd € supplémentaires. Mais les nouvelles mesures d’austérité ne font pas l’unanimité au sein de la coalition au pouvoir. Le petit parti CDS-PP (démocrates chrétiens) exige d’importantes modifications préalables à l’adoption du budget.

Le Portugal a obtenu en septembre 2012 de la troïka de l’aide internationale (BCE, FMI, UE) un délai d’un an pour revenir à l’équilibre de ses comptes publics, soit 3 % de déficit du PIB en 2014, plutôt qu’en 2013. Une sorte de bonus pour les efforts accomplis, les bailleurs de fonds soutenant depuis le début de la crise les options d’austérité prises par le gouvernement de Pedro Passos Coelho.

Toutefois, la pression est telle sur la population portugaise que le pays entre dans un cycle récessif dangereux. En 2012, le PIB devrait se contracter de 3 % et le gouvernement mise sur une contraction de 1 % en 2013. Mais toutes les sonnettes d’alarme retentissent : le choc fiscal risque à nouveau de freiner la consommation interne, d’aggraver le chômage et donc par effet boule de neige de contracter à nouveau l’économie.

Soumis au régime très sévère de l’austérité depuis plus d’un an, les Portugais un temps résignés au nom de l’effort collectif de redressement nécessaire, commencent à perdre patience. La contestation augmente, avec des manifestations très importantes et à répétition. La présentation du budget le 15 octobre 2012 a donné lieu à un « assaut au parlement » présenté initialement comme symbolique, mais qui a dégénéré en affrontements avec la police.

La contestation syndicale augmente également, avec des grèves sectorielles de plus en plus fréquentes (ports, aéroports, transports publics), et des actions ponctuelles comme une inédite « marche pour l’emploi » à l’initiative de la CGTP. La Confédération Générale des Travailleurs Portugais, proche des communistes, a décrété une grève générale le 14 novembre 2012.




Mercredi 17 Octobre 2012



Lu 1022 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise