Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

En pleine tourmente, la Jordanie se dote d'un gouvernement pluraliste




Rania, à côté de son mari le roi Abdallah II, est au centre de toutes les critiques (photo site de la reine Rania)
Rania, à côté de son mari le roi Abdallah II, est au centre de toutes les critiques (photo site de la reine Rania)
JORDANIE. Maarouf Bakhit, nouveau premier ministre jordanien, a formé mercredi 9 février 2011 un nouveau gouvernement fort de vingt-six ministres.

Le pays est en proie à de nombreuses marches et les manifestants réclament des réformes rapides. 

Le 2 février 2011, le roi Abdallah II a limogé Samir Rifai (lire : La Jordanie change de gouvernement) pour le remplacer par Maarouf Bakhit en lui demandant de calmer par des réformes politiques et économiques ses sujets de plus en plus véhéments.

Les grandes tribus jordaniennes, proche de la royauté, ont critiqué vertement la reine Rania mercredi 9 février 2011 en l'accusant de corruption. Dans un communiqué signé par trente-six personnalités de ces tribus, ils demandent au roi Abdallah d'"ordonner la récupération par le Trésor des terres et des fermes enregistrées au nom de la famille Yassine (ndlr : famille de la reine Rania) alors qu'elles sont la propriété du peuple jordanien." Voici 48 heures, ces Bedouins avaient menacé le Roi d'émeutes comme en Tunisie et en Egypte s'il n'entamait pas rapidement un programme de réformes. 

Selon une déclaration à l'AFP, un de ses membres aurait indiqué "nous continuons à être loyaux au trône hachémite, mais nous estimons que le roi Abdallah doit mettre fin aux abus de son épouse et de sa famille sinon le trône sera en danger."

Le nouveau gouvernement compte un islamiste

Pour tenir compte des critiques, le nouveau gouvernement s'ouvre à cinq personnalités proches de la gauche : Hussein Mjalli (Justice) Mazen Saket (Développement politique), Tarek Massarweh (Culture), Samir Habachneh (Agriculture) et un journaliste Taher Adwan. Ce dernier est rédacteur en chef du quotidien indépendant al-Arab al Yom et devient ministre de l'Iformation. 


Le nouveau gouvernement compte même un islamiste indépendant, Abdel Rahim Akour, ancien adjoint du chef des Fréres musulmans, qui prend le portefeuille des Affaires religieuses. Cette nomination intervient alors que le FAI (Front de l'Action Islamique) avait refusé d'entrer dans le gouvernement.

Un centriste vient aussi assurer la pluralité dans cette équipe, Hazem Kashouh qui va s'occuper des Affaires municipales.

Deux femmes (contre trois dans le précédent) entrent également au gouvernement au Tourisme (Haifa Abou Ghazaleh) et au Développement social (Salwa al-Damen).

Le chef du programme nucléaire Khaled Toukan est nommé à l'Energie. 

Seuls cinq ministres sortant conservent leur poste (Intérieur, Affaires étrangères, Eau, Plan et Finances). 





Mercredi 9 Février 2011



Lu 4092 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise