Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

« En assurance pour risque de guerre il faut être très réactif »


Entretien avec Jean-Paul Lasserre, directeur du Garex, un GIE d'assureurs français spécialisés dans les risques de guerre.



Port de Lattaquié. (Photo Archives D.R)
Port de Lattaquié. (Photo Archives D.R)

Quelle est la particularité de l’assurance pour risques de guerre ?

Jean-Paul Lasserre : Les polices d’assurance risques ordinaires excluent la guerre et le terrorisme. La nôtre rachète les exclusions de la police ordinaire. 

Ces contrats sont résiliables à très court terme. En fonction des événements, il s’agit de clauses de sept jours et chaque partie a le droit d'y mettre un terme. Lorsque les armateurs pénètrent dans des zones sensibles, ils doivent nous le signaler et payer des surprimes.

Bien souvent ils ne se privent pas de résilier le contrat lorsqu’ils trouvent une assurance moins chère.  Il faut être très réactif, car la prime varie au jour le jour en fonction des événements et nos cotations ne sont valables que 48 heures. Ce fut le cas lorsque les Israéliens ont bombardé Beyrouth ou lorsque Médecins sans Frontières a envoyé du personnel à Misrata où se trouvaient des mines.


 

 


Le Garex rachète les exclusions de la police ordinaire.

Garex assureur corps et P&I. (Photo CMA CGM)
Garex assureur corps et P&I. (Photo CMA CGM)

Appliquez-vous la clause sanction ?

Jean-Paul Lasserre : Notre clause de résiliation de sept jours suffit. A la différence de l’assurance pour risque de guerre, le préavis de l’assurance ordinaire est plus long d'où la mise en place d'une clause sanction.

 

Comment gérez-vous les risques ?

Jean-Paul Lasserre : Nous posons de nombreuses questions aux opérateurs désireux d'entreprendre un voyage dans une zone à risque. Le capitaine d’un navire qui doit se rendre en Libye connaît-il déjà le port ? De quel type de navire s’agit-il et dans quelles conditions l’escale est assurée ?


Garex, spécialiste français du risque de guerre

Le Garex,  fondé voici 30 ans et relancé dans les années 2000. Destiné à mutualiser les capacités des compagnies, il regroupe Axa, Allianz, Generali, Groupama, Mapfre, Mitsui Sumitomo. Assureur corps et P& I, le Garex dispose d’une capacité d’indemnisation de 115 M€ pour l’assurance corps et 115 M€ pour le P&I. Le Garex emploie une douzaine de personnes basées à Paris. Il est aussi une caisse centrale de réassurance. En matière de risque de guerre, la place de Londres joue un rôle dominant. Elle couvre 80% des contrats mondiaux pour risque de guerre.
 
 
 




Jeudi 8 Septembre 2011



Lu 1489 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise