Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Durcissement de la grève à Marseille


Les opérations portuaires étaient à l’arrêt vendredi 1er octobre 2010 à Marseille-Fos dans le cadre de l’action nationale de 72 heures des travailleurs portuaires pour la prise en compte de la pénibilité et contre la réforme des retraites.



Jean-Claude Terrier et Patrick Daher à la tête du GPMM tentent de rassurer les agents du ports de la pérennité de la nouvelle filiale pétrole. (Photo N.B.C)
Jean-Claude Terrier et Patrick Daher à la tête du GPMM tentent de rassurer les agents du ports de la pérennité de la nouvelle filiale pétrole. (Photo N.B.C)
MARSEILLE. Navires bloqués sur rade, enceinte portuaire fermée par quelque 600 agents grévistes, navires de croisière détournés vers Toulon, camionneurs bloqués aux abords du port et pétroliers sur rade depuis cinq jours…

Le Conseil de Surveillance du GPMM du 1er octobre 2010 s’est tenu en Préfecture sous fond de tension sociale exacerbée à la fois par des revendications locales et nationales. A l’appel de la FNPF, la CGT est en grève depuis le 1er octobre et pour 72 heures pour que soit prise en compte la pénibilité des travailleurs portuaires afin qu’ils puissent bénéficier d’un départ anticipé.

Localement, un autre conflit est mené par Pascal Galéoté de la CGT des Bassins Est. Il porte sur la création de la filiale dédiée à la gestion des terminaux pétroliers. Les membres du Conseil de surveillance ont validé la création d’une filiale dédiée et dont le capital sera détenu à 60 % par le GPMM pour des « raisons d’intérêt stratégique national », indique Jean-Claude Terrier, président du directoire. Les 40 % restants devraient être entre les mains d’industriels et d’établissements financiers tels que la Caisse des dépôts et Consignations et la Caisse d’Epargne. Le Conseil de surveillance a « validé le modèle économique et social de la future filiale pétrole : les salariés qui y seront détachés pourront bénéficier jusqu’à leur départ à la retraite, d’un droit de retour au port dans l’éventualité où la situation économique de la filiale se dégraderait. Le modèle économique de la filiale démontre par ailleurs, que la pérennité des emplois y sera assurée même en cas de fermeture de plusieurs raffineries », a indiqué la direction du port.

L'Autf appelle Dominique Bussereau à "sortir de son mutisme"

220 salariés sont concernés par cette nouvelle société dont le port n’a pas souhaité divulguer la date de création effective pour ne pas sabrer les négociations en cours avec la CGT. Réagissant à ces mouvements sociaux, les chargeurs français, par la voix de l’AUTF, ont fait savoir qu'ils se détournaient peu à peu de Marseille au profit d’Anvers.

« Cette situation est préjudiciable sur le court terme au commerce extérieur national en raison des surcoûts induits et de l’impact négatif que ces désordres causent à l’image des entreprises françaises auprès de leurs clients étrangers, mais aussi sur le long terme car les armateurs ne reviendront pas facilement dans nos ports non seulement à cause de l’incertitude qui pèse sur leur redémarrage dans un climat apaisé mais aussi parce que la crise a redonné des marges de manœuvre durables aux ports concurrents », a indiqué l’AUTF qui appelle le secrétaire  d’Etat à « sortir de son mutisme ou que le relai soit pris par les plus hautes instances politiques du pays pour mettre fin à cette situation ».

Un service minimum a été instauré par les dockers depuis le 21 septembre entre Marseille et les ports corses autorisant le chargement de 30 remorques vers Bastia et de 25 remorques sur Ajaccio.

Lire aussi : Direction et CGT se reparlent pour désamorcer le conflit sur le port de Marseille
                 : L'UFIP tire la sonnette d'alarme suite à la grève du port de Marseille 


Nathalie Bureau du Colombier


Vendredi 1 Octobre 2010



Lu 1623 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise