Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Diagnostic de crise aiguë pour le secteur grec de la santé


La crise économique en Grèce se traduit par une désorganisation du secteur médical. Les grèves tournantes des pharmacies, les laboratoires qui ne livrent plus, des pathologies liées aux problèmes économiques, marquent le début d'une véritable crise humanitaire comme le dénonce Médecins du Monde.



Les pharmacies grecques procèdent à des grèves tournantes (photo DR)
Les pharmacies grecques procèdent à des grèves tournantes (photo DR)
GRECE. Au Pirée, les pharmacies pullulent. Elles se trouvent, comme dans tout le pays, les unes sur les autres.

Alekos, 57 ans, atteint du cancer de la prostate depuis des années les fait toutes depuis des semaines pour pouvoir trouver le médicament que l’hôpital Aghios Savas spécialisé dans les traitements du cancer lui a prescrit, mais rien à faire il n'arrive pas à se le procurer.

Les pharmaciens refusent la mort dans l’âme de le lui fournir,« il faut que l’argent du médicament soit versé sur un compte. Nous parlons de plus de 4 000 € » explique ce pharmacien, « si je le paye de ma poche je serais remboursé de 1 500 € dans plusieurs mois, je ne peux pas me le permettre.»

Du coup, de leur côté, les sociétés pharmaceutiques refusent désormais de faire crédit car l’État grec leur doit une facture de plusieurs millions d’euros.  

À l’Eopy, la nouvelle caisse nationale d’assurance maladie, fruit d’une fusion décidée dans le cadre des réformes européennes, difficile de trouver une solution. D’autant que Konstantinos Lourantos, président de l’association des pharmaciens de la région de l’Attique, confirme les dysfonctionnements , « L'Eopy n’est pas en règle envers nous. Nous sommes piégés. »

Alekos, lui, ne trouve pas de solution. Il pense aller chez Médecins du Monde  sans être certain de pouvoir bénéficier de soins. En attendant, sa famille se cotise pour lui éviter le pire. Son cas n’est pas isolé.

Le gouvernement demande un cessez le feu

Depuis des semaines, les Grecs connaissent de réelles difficultés pour se procurer certains médicaments. D'aucuns parlent même de pénurie. Dans les grandes pharmacies, lorsqu’elles ne sont pas fermées, les files d’attente débordent  sur les trottoirs. Les médecins évoquent eux des médicaments qui manquent par rotation "en fonction des blocages effectués par les industries pharmaceutiques."

Ainsi, l'hôpital de Chios, une île face à la Turquie, manque de plâtre et de cathéters. À Larissa, dans le centre du pays, de gazes. À l'hôpital de Voula dans la banlieue d'Athènes de seringues. "c'est momentané et cela peut changer du  jour au lendemain" explique Ilias Sioros, cardiologue au grand hôpital d'Evagelismos à Athènes. "Mais quand ça manque, les patients se trouvent dans l'obligation d'aller acheter le médicament ou le matériel nécessaire dans les pharmacies."

Une situation que dénoncent tous les assurés. "Nous cotisons obligatoirement entre deux et  trois cents euros et nous ne bénéficions pas de soins » se lamente Anna, une femme de 80 ans, qui fait la queue à l’Eopy de Galatsi pour obtenir son médicament contre la tension.

Normalement les assurés sociaux comptent sur les pharmacies pour leur fournir les médicaments qu'elles sont supposées se faire ensuite rembourser par l’État. C’est là que le bât blesse.

L’État ne paye plus ni les pharmaciens ni les médecins du secteur hospitalier public qui, de leur côté, tirent la sonnette d'alarme. D’après Ilias Sioros, l'Eopy devrait au système hospitalier public  "1,7 mrd € ".  Les pharmacies ont entamé une grève avec déjà quelques répercussions. Et en particulier, la promesse par le gouvernement de régler "ses dettes accumulées jusqu'en juin 2012, soit 35 M€, et les arriérés des salaires  des médecins." Mais pour la suite, le vice ministre de la Santé demande "un cessez-le-feu ". Selon Marios Selmas "il faut que les pharmaciens pensent  aux malades."

Pour Kyriakos Theodosidis,  pharmacien  gréviste, " L'État doit accomplir de plus grands pas vers les pharmaciens pour que le mouvement cesse. "

Une crise humanitaire

De leur côté, les grands fournisseurs de matériel médical ne fournissent plus les huit grands hôpitaux du pays dont cinq se trouvent dans la région de l'Attique. Ils attendent le paiement d'une facture de 1,58 mrd€. L'énormité de la dette se mesure à l'aune du budget global de fonctionnement en 2012 des hôpitaux grecs : 2,1 mrds€.
Et encore, il convient de compter également les ardoises en instances. 130 M€ auprès des fournisseurs de produits périssables ( seringues, bandes de gaze, gants, etc..) et 800 M€ envers les fournisseurs d'équipements.

Reste que les médecins effectuant des gardes ne disposent plus de viande à leur repas car les fonds manquent. Ceux de l'hôpital général de Larissa eux ne mangent plus depuis des semaines que du poulet à cause du manque de fonds pour acheter du bœuf ou du poisson plus chers !

Les pharmaciens continuent leurs grèves tournantes pour forcer l’État à régler la note. « C’est  fort,  s’insurge  Stavros pharmacien dans le quartier huppé de Psychico, nous allons devoir payer une TVA sur des médicaments que nous avons payés et que l’État n’a toujours pas remboursés !»

Pour arrêter totalement leur mouvement, les pharmaciens demandent au moins l'annulation de leurs dettes envers les impôts à hauteur de ce que l’État leur doit.

Nikitas Kanakis, président de médecin du monde en Grèce, parle désormais ouvertement d une "crise humanitaire dans le pays. Tous les jours, de plus en plus de personnes viennent se faire soigner chez nous pour des maladies liées à la crise économique."  Nikitas Kanakis évoque des cas d’adultes et surtout d’enfants qui n’arrivent plus à se nourrir correctement. "Cela entraîne des pathologies de stress, des dermatoses nerveuses, des ulcères."

Sans parler des programme de désintoxication suspendus, des vaccins que les parents ne peuvent plus payer - ce qui entraîne l'apparition de maladies oubliées comme la rubéole - des accouchements supposés gratuits que l’on facture ou des centres psychiatriques qui ferment les uns après les autres faute de médicament ou même de nourriture comme c’est le cas à l’île de Léros, dans le Dodécanèse.

Mais ce que redoute le plus Nikitas Kanakis, c'est la fermeture des centres d'hémodialyse.

Les hôpitaux de Thessalonique signalent déjà des manques cruels de moyens pour face à ce type de situation. Mercredi 12 septembre 2012, les cancéreux et les handicapés manifestaient dans le centre  d’Athènes. Evi Galzidou, présidente de l'association des cancéreux de Grèce, accusait le gouvernement de les laisser "crever."

Citons aussi, mieux vaut en rire, le cas de cet homme amputé d’un bras à qui l’Eopy demande, dans le cadre bien tardif de la lutte contre la fraude, de fournir tous les mois une radio de son épaule abîmée, pour continuer à lui verser sa pension  « qu’est ce qu'ils croient, que cela va repousser ?» ironise-t-il.




Jeudi 20 Septembre 2012



Lu 2110 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise