Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Des syndicalistes, chômeurs, femmes et jeunes en meeting à Alger


La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD Barakat) a tenu son premier meeting à la salle Atlas de Bab el Oued à Alger le 25 mars 2011, en présence d’un peu moins d’un millier de personnes.



Les orateurs ont lié les revendications sociales aux revendications politiques démocratiques (photo AB)
Les orateurs ont lié les revendications sociales aux revendications politiques démocratiques (photo AB)
ALGÉRIE. Après le Front des forces socialistes (FFS) le 4 mars 2011 puis l’Alliance nationale pour le changement (ANC) le 11 mars, la salle Atlas du quartier populaire de Bab el Oued a vibré au son des slogans des représentants d’associations (Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, Sos disparus, Coordination des familles de disparus en Algérie, Tharwa N’Fatma N’Soumeur, Rassemblement action jeunesse…), de syndicats (Syndicat national autonome des personnels de l’Administration publique, Conseil des lycées d’Algérie, Conseil des enseignants du supérieur solidaires…) et de différents mouvements (Coordination nationale des chômeurs, Mouvement pour la paix et la non-violence, comités de quartier et mouvements de blogueurs comme Algérie pacifique …).

L’affirmation d’une forte sensibilité sociale

Le meeting de la CNCD Barakat (le mot Barakat signifie «Ca suffit») n’est que l’une des multiples initiatives prises ces dernières semaines en faveur d’un changement démocratique en Algérie.

Mais cette Coordination semble se singulariser par l’affirmation assez marquée d’une sensibilité sociale. 

Son discours s’adresse particulièrement aux chômeurs, aux travailleurs, aux femmes, aux étudiants, aux enseignants, aux avocats, aux médecins… à qui la CNCD Barakat lance un appel : «Il est temps que la jeunesse marginalisée, les chômeurs exclus, les travailleurs spoliés, les femmes opprimées, les étudiants désespérés prennent collectivement leur destin en main.»

Cette sensibilité sociale amène la CNCD Barakat à dénoncer «la grille de salaire imposée par le pouvoir» et à «dire halte à l’oppression des syndicalistes, associations, journalistes, chômeurs, jeunes et femmes».

Cet aspect est particulièrement apparu dans les interventions de syndicalistes qui mènent des luttes depuis de nombreuses années, à l’université, dans l’Education…

Elle a également été rappelée par les chômeurs et les associations de jeunes, les comités de quartiers, les étudiants, les blogueurs ainsi que les représentantes de disparus ou d’associations de femmes…

A côté de la revendication d’amélioration des salaires, exigence portée par les syndicalistes, sont apparues les revendications d’un emploi avancée par le mouvement des chômeurs et d’un logement par pratiquement tous les intervenants.

Démocratie et justice sociale

Kaddour Chouicha, militant syndical universitaire d’Oran (photo AB)
Kaddour Chouicha, militant syndical universitaire d’Oran (photo AB)
La majorité des orateurs a lié les revendications sociales aux revendications politiques démocratiques.

Le sit-in permanent des enseignants contractuels aux abords du siège de la présidence de la République à El Mouradia a été cité à de multiples reprises comme un exemple de détermination. 

L’infatigable militant syndical universitaire d’Oran, Kaddour Chouicha, a en particulier insisté sur le fait que l’on ne pouvait appeler à la «chute du régime» sans se solidariser avec cette lutte exemplaire, mais aussi avec Dalila, cette jeune femme de Mostaganem diplômée et chômeuse qui risque la prison pour avoir distribué un tract du comité national des chômeurs.

C’est toute la situation des femmes algériennes qui «refusent de rester à la maison, qui exigent un emploi, qui sortent dans la rue» que symbolise le cas de Dalila.
 

Aller vers le changement

Les initiateurs de la rencontre n’ont pas manqué de préciser que leur combat ne s’oppose pas à celui des partis politiques et de tous ceux qui luttent pour le changement démocratique en Algérie.

Ils considèrent néanmoins que les citoyens de base, ceux qui souffrent au quotidien, doivent prendre leur destin en main, lutter, s’organiser et se rassembler pour ne pas rester isolés. Se lever sans attendre de tuteur.

La CNCD Barakat se veut être ainsi un réceptacle des nombreux mouvements sociaux qui se développent dans le pays, mais qui sont encore fragmentaires, atomisés.

Enfin les intervenants inscrivent leur action dans le cadre du mouvement de révoltes général des peuples du monde arabe. C’est à ce titre qu’elle invitera un vieil opposant syrien, Djallal Okab Yahia, à prendre la parole pour dénoncer la répression qui s’abat sur les contestataires dans son pays.

Lire aussi: L’Algérie dans l’attente d’un changement politique et social profond
Chômeurs, enseignants contractuels et anciens de Libye se rassemblent à Alger
Une coalition islamo-nationaliste tient meeting à Alger
Le Maghreb démocratique des peuples célébré par le FFS à Alger


A. Belkessam, à ALGER


Samedi 26 Mars 2011



Lu 3236 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par maya le 26/03/2011 11:41
Je ne comprend pas les journaux algériens qui parlent tous les jours de foot entre le Maroc et l'Algérie, qui ne se cassent pas la tête, qui ne parlent pas des problèmes de la misère des algériens qu'ils vivent en ce moment, qui ne trouvent pas de logement pour dormir, un morceau de pain pour manger le soir - moi je pense que les algériens pour l'instant demandent la liberté et une vie meilleure, et le sport c'est après. Si on n'a rien dans le ventre on ne peut pas marcher, il faut manger. Le plus important, tout ce que veulent les algériens c'est une bonne vie et la liberté, la démocratie. Mais malheureusement, on ne sait pas qui dirige notre pays.

2.Posté par amirouche le 26/03/2011 16:37
Continuez à prendre vos propres désirs pour la réalité. et laissez nous travailler pour sortir le pays de ses problèmes. L'Algérie restera debout, n'en déplaise aux néo harkis comme les gens de la CNCD (parti ou Barakat....). Pour information, Said Sadi est allé prendre ses ordres chez BHL, c'est pour cela que vous ne l'avez pas vu à la marche d'aujourd'hui...Pauvre harki sur le retour

3.Posté par boualem le 30/03/2011 12:59
bien vu amirouche,
De plus, j'ai l'impression d'une grosse proportion de complexés dans ces pseudos groupes qui prétendent représenter les Algériens. Malgré l'échec de leur modèle occidental ils insistent : l'ALGERIE et l'ALGERIEN n'ont besoin d'aucuns modèles de société importés. Seul le choix raisonné (ne pas oublier nos aïeux, notre tradition et la déontologie religieuse, ainsi que la LIBERTE du citoyen) du peuple doit décider.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise