Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Des projets méditerranéens à bout de souffle


Seul un cadre stable, prévisible, rassurant permettra la reprise des investissements structurants des petites et grandes entreprises dans les pays secoués par les révolutions du printemps arabe et par la crise économique internationale. Les entreprises se contentent actuellement de simples contrats de gestion. La relance des partenariats publics privés pourrait servir de tremplin à la reprise des investissements.



Hichem Elloumi, président de l'UTICA (Photo NBC)
Hichem Elloumi, président de l'UTICA (Photo NBC)
MÉDITERRANÉE. Tous les ardents défenseurs de la Méditerranée se prennent à rêver d’un nouveau projet pharaonique tel que celui de Tanger Med lancé en 2007… Un investissement dont le socle repose sur le partenariat public-privé, structurant pour le pays, générateur de main d’œuvre et de richesse, permettant à des entreprises européennes de rester compétitives sur la scène internationale en délocalisant une partie de leur production.

« PSA aurait pu faire face à ses problèmes de compétitivité si le groupe avait eu le courage de délocaliser une partie de son activité jugée non rentable en Europe. Les entreprises européennes peuvent être sauvées si elles raisonnement en termes de gains de compétitivité globaux et nouent des partenariats avec des entreprises du sud», explique le 13 novembre 2012 Hichem Elloumi, président de la Commission économique de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA).  S’exprimant lors d’une table-ronde organisée à Marseille par la Ligue européenne de coopération économique (LECE) sur le  thème « Quels instruments pour un développement partagé entre les deux rives de la Méditerranée », ce chef d’entreprise plaide en faveur de la co-localisation, du co-développement.

Co-localisation et co-développement

Denis Simmonneau, membre du Comité exécutif chargé des relations européennes et internationales de GDF Suez. (Photo NBC)
Denis Simmonneau, membre du Comité exécutif chargé des relations européennes et internationales de GDF Suez. (Photo NBC)
« Les investissements directs étrangers sont insuffisants tant en valeur qu’en qualité. Car orientés vers le low cost : câblages automobiles, textile. Plusieurs de ces investissements ont migré vers l’Europe de l’Est », constate Hichem Elloumi.

Un avis partagé par Abdessamed Salah Eddine, membre du Conseil exécutif du Forum des chefs d’entreprise algériens (FCE) : «Les marchés de la Rive-Sud peuvent constituer un réservoir de compétitivité et de croissance. À condition de bâtir une alliance stratégique en élaborant un programme de co-localisation et co-développement où la valeur ajoutée serait partagée. Nous assistons depuis dix ans à une désindustrialisation de l’Algérie ».

Denis Simmonneau, membre du Comité exécutif chargé des relations européennes et internationales de GDF Suez, admet également une faiblesse des grands investissements au Maghreb à la faveur de contrats de gestion. Suez Environnement vient de renouveler pour cinq ans son contrat portant sur les services d’eau et d’assainissement d’Alger signé en 2006.
Selon lui, plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. « PME et grands groupes ont besoin de visibilité pour investir. Or la situation apparaît à la fois instable en Europe et en Méditerranée. Nous constatons une renationalisation des politiques énergétiques avec un système de soutien aux énergies renouvelables », ajoute Denis Simmonneau qui prône la poursuite des partenariats public-privé.

"La démocratie ne s'installe pas du jour au lendemain"

Les intervenants ont plaidé pour la relance de projets méditerranéens (de g.à d. Marie Hélène Loison, Hichem Elloumi et Adbessamed Salah Eddine) Photo NBC
Les intervenants ont plaidé pour la relance de projets méditerranéens (de g.à d. Marie Hélène Loison, Hichem Elloumi et Adbessamed Salah Eddine) Photo NBC
Avec une Europe en crise, les dirigeants se recentrent sur leurs préoccupations domestiques. « Sans perspective au-delà de 2013, il devient très difficile de demander à un chef d’entreprise d’investir. Il faut redonner de la confiance. La compétitivité ne sera retrouvée que si nous raisonnons en intégrant la Méditerranée », souligne le vice-président de la Banque Européenne d’Investissements (BEI), Philippe de Fontaine Vive.  

Les quelques mois écoulés après les révolutions des régimes arabes ne suffisent pas à transformer leurs économies.

« La démocratie ne s’installe pas du jour au lendemain. Après la révolution des œillets, le Portugal a mis cinq ans pour se stabiliser, l’Espagne sept ans après le régime de Franco. Il faut du temps pour retrouver un climat de confiance. La Méditerranée constitue une opportunité et non une menace. Nous sommes devenus des militants de la Méditerranée, car minoritaires. Ce qui autrefois semblait une évidence échappe aux hommes politiques. La Méditerranée des projets est à bout de souffle », conclut Philippe de Fontaine Vive.




Mercredi 14 Novembre 2012



Lu 1249 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise