Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Début compliqué des négociations pour la Syrie




Bachar al Assad a réussi à imposer la présence de son gouvernement à la table des négociations. (photo President of Russia)
Bachar al Assad a réussi à imposer la présence de son gouvernement à la table des négociations. (photo President of Russia)
Bachar al Assad a réussi à imposer la présence de son gouvernement à la table des négociations. (photo President of Russia)
Bachar al Assad a réussi à imposer la présence de son gouvernement à la table des négociations. (photo President of Russia)
SYRIE. Les négociations entre les différentes parties prenantes du conflit syrien commencent vendredi 29 janvier à Genève. Il s'agit pour les Nations Unies d'arriver à faire se parler les différents groupes jugés « fréquentables » afin qu'ils puissent former d'ici l'été prochain un gouvernement de transition qui organisera des élections sous 18 mois.
 
Reste à savoir qui va participer à ces négociations. L'ONU désire « inclure le plus grand nombre possible de personnes » mais chaque groupe à des ennemis dont il ne veut pas à la table des négociations.
 
Ainsi les Turcs ne viendront pas si les Kurdes sont invités. Or les Kurdes du Parti de l'union démocratique (PYD), soutenus par les États Unis, constituent l’une des principales forces militaires qui combattent Daech en Syrie. Le Comité pour le changement démocratique refuse de s'assoir à côté des représentants d'Ahrar al-Sham (al-Qaïda) et donc ne se rendra pas à Genève.
 
Le régime syrien a annoncé sa participation, tout comme la coalition nationale de l'opposition (HCN) soutenue par l'Europe,a Turquie et l'Arabie saoudite, ainsi que de nombreux représentants de groupes d'opposition au régime syrien.
 
Tout en préparant les « discutions », les protagonistes du conflit syrien continuent les combats. Il semble que sur le terrain l'armée de Bachar el Assad, aidée par le Hezbollah et l'aviation russe, marque des points. Elle a repris Cheikh Meskin, une ville stratégique située à moins de 100 kms de Damas. L'armée gouvernementale a également pratiquement reconquis toute la province de Lattaquié, située à la frontière avec la Turquie et où l'armée Russe a installé une base. Les forces de Bachar el Assad progressent sur un troisième front, cette fois dans la région d'Alep.


La rédaction


Mercredi 27 Janvier 2016



Lu 3225 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise