Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Damas suspend son adhésion à l'UpM et ses relations avec la Turquie




SYRIE / UE. Le régime de Bachar el-Assad a décidé de suspendre son adhésion à l'Union pour la Méditerranée (UpM), selon un communiqué de l'agence de presse officielle Sana. Une réponse aux sanctions européennes.

"La Syrie suspend son adhésion à l'Union pour la Méditerranée en réponse aux mesures européennes injustifiées prises à l'encontre du peuple syrien", lit-on dans le communiqué publié par l'agence.
Ce communiqué issu du ministère des Affaires étrangères et des Émigrés déclare que "L'UE a pris une série de sanctions politiques et économiques injustifiées contre la Syrie qui visent la vie du peuple syrien et qui constituent une violation flagrante de la souveraineté nationale et une intervention flagrante dans les affaires intérieures syriennes".

Le ministère estime aussi que ces sanctions constituent une "contradiction avec l'esprit des accords conclus entre les deux parties syrienne et européenne, d'une façon qui porte atteinte à l'esprit du partenariat".

Cette suspension de l'adhésion à l'Upm restera en vigueur jusqu'à ce que "l'UE renonce aux mesures imposées à la Syrie".

Cette décision intervient alors que l'Union européenne a voté jeudi 1er décembre 2011 un dixième train de sanctions, en ajoutant notamment 11 nouvelles sociétés et 12 personnes à ses listes de gels d'avoir et d'interdiction de visa.

Les Etats-Unis ont également élargi leurs sanctions à l'égard de la Syrie. Le Trésor américain a blacklisté deux nouvelles entités appartenant au gouvernement syrien: la Real estate Bank, qui est la deuxième banque du pays, ainsi que la société de travaux publics Military Housing Establishment. Un oncle du président Assad ainsi qu'un général ont également été ajouté à la liste existante.

Suspension des échanges entre la Syrie et la Turquie

Le gouvernement syrien a suspendu l'accord de libre-échange conclu avec la Turquie, en rétorsion aux sanctions prises par Ankara contre Damas, a annoncé jeudi 1er décembre 2011 au soir l'agence officielle Sana.

La Turquie, l'un des principaux partenaires économiques de la Syrie, a emboîté mercredi 30 novembre 2011 le pas à la Ligue Arabe et annoncé une série de sanctions économiques contre le régime syrien, dont un gel des transactions commerciales et un gel des transactions entre les banques centrales turque et syrienne.

"Le gouvernement syrien étudie la possibilité de prendre d'autres mesures" envers la Turquie à la suite de ces sanctions, écrit encore la Sana.

En décembre 2004, Damas et Ankara avaient signé, après plusieurs années de négociations, un accord de libre-échange à l'occasion d'une visite du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à Damas, scellant ainsi le rapprochement des deux voisins longtemps en délicatesse.

Il avait été suivi en septembre 2009 par un accord instituant un "conseil de coopération stratégique de haut niveau" en vue d'une intégration économique, alors que les deux pays avaient ouvert leurs frontières en supprimant les visas.

La Syrie est le théâtre, depuis mars, d'une répression sanglante d'un mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad. Selon un dernier bilan de l'ONU, ces violences ont fait au moins 4.000 morts.




Jeudi 1 Décembre 2011



Lu 1196 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements


Commentaires

1.Posté par Akyliss le 02/12/2011 07:55
Bravo à la Syrie qui ne plie pas sous la propagande et les menaces des donneurs de leçons arabo-turco-occidentaux.
Ils ne font que mentir sur ce qui se passe en Syrie, les journalistes les premiers qui rivalisent en mensonges.
Le temps viendra ou la vérité éclatera et j'espère que cette fois les gens ne vont pas oublier comme ils ont oublié pour la Bosnie, l'Irak et la Georgie.
Quand un pays comme la Syrie ne veut pas se soumettre aux dictatures occidentales, on essaie de l'isoler et de l'affaiblir.
C'est vrai que les pays occidentaux n'ont rien à se reprocher côté crime contre l'humanité, le nouveau concept au nom de l'ingérence pour sauver les civils ne fait que des victimes innocentes en Irak, Afghanistan, Libye, pendant qu'Israël petit à petit grignote le peu de territoire palestinien qui reste...
Vous êtes tous complices de la barbarie des dirigeants occidentaux actuels !

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise