Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Daesh cherche à s'approprier les sites pétroliers libyens




L'anarchie qui règne en Libye fait le jeu de Daesh (photo CC-Get Gaming Now)
L'anarchie qui règne en Libye fait le jeu de Daesh (photo CC-Get Gaming Now)
LIBYE. Malmené en Syrie et en Irak, Daesh semble se chercher un nouveau califat en Libye et de nouvelles sources de revenus. Fort de 3 000 combattants, le groupe terroriste contrôle déjà plus de 25% du pays, dans la région de Syrte. Il intensifie depuis lundi 4 janvier 2016 son offensive militaire au nord, sur les sites pétroliers situés près du port d'Al-Sedra, de Ras Lanouf et de Brega. Deux réservoirs de pétrole brut auraient été détruits.
 
Cette région surnommée le « croissant pétrolier » abrite les terminaux les plus importants de Libye.
 
Ils peuvent traiter 560 000 barils par jour, soit près de la moitié des capacités d’exportation du pays, estimée à 1,3 million de barils/jour. Cette zone est censée être contrôlée par le gouvernement basé à Tripoli, la coalition de milices Fajr Libya reconnue par la communauté internationale. Mais en dépit de raids aériens, il semble que Daesh progresse.
 
Les représentants des deux « gouvernements » qui se disputent la Libye, l'un basé à Tripoli et l'autre à Tobrouk, ont signé un accord le 17 décembre 2015. Mais ils n'ont pas encore réussi à former un gouvernement d'union nationale.
 
Pour l'instant, les Occidentaux restent donc l'arme au pied en Libye même si des commandos américains et britanniques sont déjà sur place. Une situation intenable car, la prise des terminaux pétroliers par Daesh assurerait au groupe terroriste de nouveaux financements et lui permettrait d'accéder facilement à l'Europe.
 
L'Italie s'est déclarée prête à prendre la tête d'une coalition internationale placée sous mandat de l'ONU si la Libye se dote d'un gouvernement d'union et demande une intervention. Michael Fallon, ministre britannique de la Défense, estime que la Grande-Bretagne pourrait fournir un contingent de 1000 membres des forces spéciales qui viendraient renforcer une coalition de 6000 soldats européens et américains qui limiteraient leurs actions à des bombardements et à la formation de l'armée libyenne.


Gérard Tur


Mercredi 6 Janvier 2016



Lu 3422 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise