Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

DCNS et Navantia : mésentente autour du Scorpène


Les navales espagnole et française se tirent des bordées à propos du sous-marin développé en commun depuis 15 ans.



DCNS et Navantia : mésentente autour du Scorpène
FRANCE/ESPAGNE. Après 15 années de collaboration fructueuse dans le développement du sous-marin "Scorpène" (construit entre Cherbourg et Carthagène), les relations entre les chantiers militaires français DCNS et espagnol Navantia sont tendues. Des assiettes ont volé et un possible divorce est agité depuis des mois.

Motif de la querelle, la DCNS estime que son partenaire espagnol a lancé une torpille sur leur contrat de mariage. Il y a deux ans, Navantia mettait sur le marché un nouveau modèle de sous-marin, le "S-80", doté d’un système révolutionnaire de propulsion anaérobie, ce qui lui permet de rester plus longtemps en plongée. Or, non seulement ce sous-marin a été adopté par la marine espagnole en lieu et place du "Scorpène", mais en plus Navantia le propose à l'export contre le "Scorpène". Ce fut le cas en Turquie, un marché finalement remporté par l'Allemand TKMS avec son "U 214".

Les Français sont d'autant plus furieux de cette concurrence que le "S 80" est réalisé avec l'industrie américaine, tant au niveau de l'armement que du système de combat, fourni par Lockheed Martin.

Coopération réussie au Chili et en Malaisie

Pour l’instant, le partenariat n’a pas sombré. « Nous continuons de discuter pour clarifier la situation », explique encore Jean-Marie Poimboeuf, président de DCNS, après s’être félicité de la coopération industrielle qui a réussi au Chili et en Malaisie.

Mais les Espagnols reprochent à la DCNS de chercher à les écarter du consortium européen de chantiers navals militaires que les Français tentent de faire émerger. Le projet, qui était resté bloqué, il y a deux ans, pourrait refaire surface avec la DCNS et l’allemand Thyssenkrupp aux commandes. L’objectif est que les principaux chantiers navals militaires européens constituent une plateforme pour créer des synergies pour l’acquisition de matériels et parvenir à des réductions de coûts dans la construction navale. Au passage, l’Europe confirmerait son titre de leader mondial de la navale militaire.


Robert Villena


Vendredi 31 Octobre 2008



Lu 3207 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise