Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Coppernic voit grand pour 2017





La PME française spécialisée dans la conception de terminaux mobiles professionnels de contrôle et de traçabilité cible le marché de la vérification d'identité.



Les terminaux commercialisés par Coppernic ressemblent à de gros smartphones (Photo : Coppernic)
Les terminaux commercialisés par Coppernic ressemblent à de gros smartphones (Photo : Coppernic)
Basée à Aix-en-Provence, la société Coppernic se définit comme « une plate-forme de conception et de déploiement de terminaux mobiles professionnels qui œuvre pour la sécurité des biens et des personnes. Les équipes de Coppernic développent des solutions sur mesure de contrôle et de traçabilité, capables de s'adapter à tout type de mobilité : transports publics, import et export de marchandises, gestion des déchets, identification des personnes.
 
Dans la pratique, Coppernic conçoit, monte et commercialise des terminaux semblables d'un point de vue visuel à de gros smartphones ou tablettes. Du matériel intégrant selon les besoins du client un appareil photo, un capteur biométrique, des lecteurs de codes-barres et de puces sans contact, un appareil de reconnaissance optique, un scanner laser, un système de reconnaissance de caractères (OCR)...
 
Ces « couteaux suisses », comme les définit son président Jacky Lecuivre, peuvent servir à la traçabilité du bétail, à vérifier des billets de train, à relever des compteurs, à authentifier en temps réel l'identité d'un individu - et éventuellement à la comparer avec des listes de personnes dangereuses -, à créer en quelques minutes des documents d'identité infalsifiables pour des migrants...

Elections, terrorisme et immigration

Le contrôle de papiers d'identité constitue un énorme marché potentiel pour Coppernic (photo : Coppernic)
Le contrôle de papiers d'identité constitue un énorme marché potentiel pour Coppernic (photo : Coppernic)
Coppernic a ainsi vendu en 2012 puis en 2014 plusieurs dizaines de milliers de terminaux de vérification biométrique au gouvernement ghanéen pour ses élections. La PME a également comme clients les polices de nombreux pays dont la Tunisie et l'Espagne, l'office national marocain de sécurité sanitaire des produits alimentaires... « La police algérienne devrait prochainement s'équiper de nos terminaux pour pouvoir contrôler les nouveaux permis de conduire et cartes grises biométriques » annonce Jacky Lecuivre. « Ils vont tester nos produits en 2017. Les pays méditerranéens constituent pour nous des marchés importants car ils sont confrontés à des problèmes d'insécurité, de terrorisme et de migration ». Coppernic réalise 60% de son activité à l'exportation.

La PME a été créée en 2008 par une dizaine d'ingénieurs licenciés par l'anglais Psion. Le groupe coté en Bourse désirait alléger sa masse salariale en pleine crise des subprimes, afin de maintenir sa rentabilité. La charrette comprenait notamment une équipe d'ingénieurs basée à Aix-en-Provence, une sorte de commando spécialisé dans les systèmes de communication sans fil et de capture de données, chargé de créer des produits sur mesure. « Je dirigeais Psion à l'époque » explique Jacky Lecuivre. En désaccord avec son conseil d'administration, il propose à sa « task force » de poursuivre l'aventure pour son propre compte. Coppernic voit le jour quelques semaines plus tard.

8 M€ de chiffre d'affaires

"Les pays méditerranéens constituent pour nous des marchés importants car ils sont confrontés à des problèmes d'insécurité, de terrorisme et de migration » explique Jacky Lecuivre, président de Coppernic (photo : Coppernic)
"Les pays méditerranéens constituent pour nous des marchés importants car ils sont confrontés à des problèmes d'insécurité, de terrorisme et de migration » explique Jacky Lecuivre, président de Coppernic (photo : Coppernic)
La start-up emploie aujourd'hui trente-six salariés, pour un chiffre d'affaires de 8 M€ en progression constante, avec deux pics en 2012 et 2014 (15 et 16 M€). Pour l'instant, la société appartient à ses créateurs. « Nous avons bénéficié de l'aide de BPI France qui nous a intégré à la communauté BPI France excellence, puis labellisé « entreprise du Pass French Tech » en 2016. Les prêts à taux zéro de BPI nous ont permis de ne pas ouvrir notre capital. La région Paca nous a également accordé une subvention de 100 000 € pour développer un capteur
 
« Nous avons vendu 10 000 terminaux en 2016 » poursuit Jacky Lecuivre. « Nous négocions actuellement avec la police française et avec d'autres États des contrats importants qui vont nous faire changer de dimension. Il s'agit essentiellement de matériels destinés à des missions de sécurité intérieure et de lutte contre la fraude aux moments des élections. Nous espérons des signatures en 2017. Nous devrons alors embaucher et trouver du capital pour financer notre développement. »

En partenariat avec la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
 

Gérard Tur

Jeudi 19 Janvier 2017




Lu 2949 fois

Gérard Tur

Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 21 Avril 2017 - 14:35 H-PreC démocratise l'utilisation du composite















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook










Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise