Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Comanav-Comarit : la SNCM réfléchit à des options sur Sète




La situation reste bloquée pour les navires de la Comanav-Comarit (photo NBC)
La situation reste bloquée pour les navires de la Comanav-Comarit (photo NBC)
FRANCE / MAROC. Trois navires de la Comanav-Comarit sont toujours à l’arrêt au port de Sète. Deux d’entre eux, le Biladi et le Marrakech ont été saisis samedi 7 janvier 2012 par les autorités françaises et sont donc immobilisés, suite à des impayés imputés à la compagnie marocaine. Le troisième, le Bni Nasar, demeure à quai, faute de passagers.

Au port, on assure que des négociations sont en cours au Maroc mais que personne ne sait quand la situation sera débloquée.

La possibilité de voir un nouvel exploitant sur ces liaisons entre Sète, Tanger-Med et Nador a été évoquée. La SNCM, qui assure déjà des liaisons entre la France et l’Algérie et la Tunisie, pourrait trouver un intérêt à se positionner sur le marché marocain afin de compléter son offre : « La desserte du Maghreb en général est importante pour la SNCM, soutient la directrice de la communication de la compagnie basée à Marseille et interrogée par econostrum.info, Françoise Merck. De ce fait, nous étudions ce que nous pourrions proposer dans ce cas précis, mais pour l'heure il n'y a rien de concret. »

Lire aussi : Les armateurs marocains tirent la sonnette d’alarme
CMA CGM vend l’activité voyageurs de la Comanav à la Comarit


Caroline Garcia


Jeudi 12 Janvier 2012



Lu 8037 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Pierre-Michel le 13/01/2012 23:23
C'est une très bonne chose que la SNCM se positionne comme possible repreneur de cette ligne car c'est un opérateur français avec des marins français et un pavillon français, en espérant que l'aviateur de la SNCM fera ce qu'il faut pour mener à bien cette affaire et que les décideurs régionaux choisirons une compagnie Française et non pas des esclavagistes Italiens.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par arag le 18/01/2012 00:52
La SNCM est une très bonne compagnie.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

3.Posté par Zolotovsky le 01/02/2012 14:46
Bien, bonne compagnie, à condition qu'ils n'en profitent pas sur les tarifs et que le personnel ne soit pas en grève !!!
Comme sur les ferries en partance pour la Corse !!!!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

4.Posté par hadj oran le 21/04/2012 16:06
La SNCM, c'est des bons professionels et qui connaît très bien le maghreb.

Je pense qu'un repositionnement de la SNCM sur le Maroc serait une opportunité à ne pas rater.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts