Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Chronique d'une sortie de crise annoncée en Espagne


Comment expliquer le paradoxe d’un pays qui a prétendument retrouvé le chemin de la croissance en perdant une grande part de sa richesse et de son attractivité ? C'est toute la question du fonctionnement de l'économie espagnole, qui donne des signes indéniables de reprise... mais où les salariés et les entreprises -sans parler des 4,5 millions de chômeurs- continuent de sentir les effets de la crise.



Un futur toujours incertain pour l'économie espagnole (photo F. Matéo)
Un futur toujours incertain pour l'économie espagnole (photo F. Matéo)
ESPAGNE. Côté pile : l'économie espagnole se redresse. Après plus de six ans de crise continue, les indicateurs macro-économiques tendent vers de meilleurs horizons. Dernier signe en date : la baisse de la courbe du chômage pour le cinquième mois consécutif, avec 122 684 chômeurs en moins en juin 2014. Le nombre d'affiliés à la sécurité sociale espagnole augmente en même temps de 56 622 cotisants, ce qui représente le meilleur résultat pour un mois de juin depuis 2007.

« C'est une tendance qui s'accorde avec l'amélioration également constatée au niveau de la consommation des ménages, notamment au niveau des biens d'équipement de la maison », confirme Rafael Myro, professeur d’Économie Appliquée à l'Université Complutense de Madrid .

Cette reprise de la demande interne est cependant tempérée par le ralentissement des exportations espagnoles, qui s'explique en partie par le ralentissement de la consommation chez le voisin français, principal partenaire commercial de l’Espagne. Malgré tout, si cette dynamique de croissance se maintient comme le prévoit Rafael Myro, « le PIB espagnol devrait progresser cette année de 1%, voire plus. » 

Une société plus précaire

Le chômage reste la préoccupation principale (Photo Ministerio de Empleo)
Le chômage reste la préoccupation principale (Photo Ministerio de Empleo)
Côté face : la société espagnole se paupérise. Depuis 2008, le pouvoir d'achat a suivi une courbe inversement proportionnelle à celle du chômage, qui culmine toujours à plus de 25% de la population active et plus de 50% chez les jeunes. Ces derniers chiffres refroidissent à eux seuls toute velléité d'optimisme, même si les coreligionnaires de Mariano Rajoy ne se privent pas d'afficher une euphorie qui tient surtout de la méthode Coué.

Ce serait faire preuve d'aveuglement ou de mauvaise foi de ne pas constater les dégâts d'une politique d'austérité commencée d'ailleurs sous l'ère du président du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, par une diminution moyenne de 5% du salaire des fonctionnaires. Les associations humanitaires ont depuis longtemps tiré la sonnette d'alarme pour alerter l’opinion sur des choix politiques qui fragilisent les couches sociales les plus basses, et qui n'épargnent pas même les enfants, comme en témoigne le dernier rapport de l'Unicef sur ce thème

Un pays d'immigration devenu terre d'émigration

Le salaire moyen des espagnols se contracte (photo Francis Matéo)
Le salaire moyen des espagnols se contracte (photo Francis Matéo)
Si l’on veut s'en tenir à des données économiques et sociales plus objectives, deux tendances permettent de mesurer ce recul de la société espagnole. D'abord la baisse du salaire moyen, qui se contracte pour la première fois depuis l’entrée de l’Espagne dans l’Union Européenne. Il s’établit à 22 726 € par an (selon les derniers chiffes de l'Institut National de la Statistique concernant les revenus de 2012). Ce qui représente une diminution de 0,8% du revenu annuel des salariés espagnols. L'autre indicateur est démographique, avec une tendance à l'émigration qui se confirme en Espagne : 80 000 ressortissants espagnols ont quitté le pays en 2013, soit 38% de plus en douze mois. Dont une grande part de jeunes diplômés.

2013 a même été une année record pour l'émigration en Espagne : en cumulant toutes les nationalités, ce sont plus d'un demi-million de personnes qui ont quitté le pays (547 890 exactement, selon les chiffres de l'Institut National de la Statistique). Les trois principaux pays d'émigration des Espagnols sont l’Équateur (en grande majorité dans ce cas des immigrés naturalisés ou fils d'immigrés équatoriens), la Grande Bretagne et la France.

Si l'on ajoute à cela la baisse du nombre de nouveaux résidents en Espagne, le pays voit sa population diminuer (mais aussi vieillir) pour la deuxième année consécutive. L'Espagne a perdu 220 130 habitants en 2013, pour une population totale de 46 507 760 habitants. Un facteur qui pèsera aussi à long terme sur le redressement économique.

« Ajustements nécessaires »

L'économiste Rafael Myro voit « la lumière au bout de l'année 2015 » (photo DR)
L'économiste Rafael Myro voit « la lumière au bout de l'année 2015 » (photo DR)
Mais alors, comment expliquer ce paradoxe d’un pays qui a prétendument retrouvé le chemin de la croissance en perdant une grande part de sa richesse et de son attractivité ? L'économiste Rafael Myro y voit une sorte d'ajustement malthusien : « L'Espagne a connu un afflux de cinq millions d'immigrés dans les années 2000 ; un tel changement démographique est déjà difficile à absorber pour n'importe quelle économie, et bien sûr encore davantage depuis le début de la crise. »

Le professeur d’économie relativise selon cette même logique d'ajustement l'argument de " paupérisation " : « Il faut avoir conscience de la déconnexion qui s’était faite entre les salaires et la productivité dans notre pays, ce qui nécessitait une meilleure adéquation mise en œuvre à travers la réforme du travail menée par le gouvernement ; l'appauvrissement relatif qui s'en suit est le prix de la baisse du chômage. » CQFD.

Rafael Myro estime qu'il faudrait encore davantage de modération salariale, « dans des secteurs protégés comme la banque ou l'énergie ». On l'aura compris, selon l'économiste, « l'Espagne n'est pas encore sortie de la crise », comme le rappelle la masse persistante des 4,5 millions de chômeurs.

Mais Rafael Myro voit « la lumière au bout de l'année 2015 », paraphrasant le président gouvernement Mariano Rajoy, qui annonçait déjà en 2013 « la lumière au bout du tunnel ». Même si la majorité de ses concitoyens et des entreprises espagnoles n'y voient toujours pas clair.  

Lire aussi : Les réformes commencent à porter leurs fruits en Espagne




Jeudi 3 Juillet 2014



Lu 6912 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois


Commentaires

1.Posté par Julien le 21/09/2014 10:16
Article intéressant mais vous ne parlez pas de l'économie parallèle qui a dans une large mesure jouer un rôle d'amortisseur car avec 27 % de chômage au plus haut de la crise, la situation aurait été complètement intenable. J'ajouterai également que les banques espagnoles commencent à nouveau à accorder des crédits au compte goutte, notamment pour l'acquisition de logements ce qui effectivement est un signe d'amélioration.
En tous cas félicitations pour votre site qui est très intéressant : l'Union pour la Méditerranée en version Internet :).
Bonne continuation.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Francis Mateo, à BARCELONE le 22/09/2014 16:43
En effet Julien, vos réflexions sont très pertinentes. Même si la circulation des « billets de 500 € » (baromètre de l'économie souterraine) s'est sensiblement réduite en Espagne. Sur le sujet, lire aussi : http://www.econostrum.info/Mariano-Rajoy-instaure-un-nouveau-plan-%C2%A0anti-fraude%C2%A0_a9855.html
L'article date du 13 Avril 2012. Mais il est permis de penser que les mesures n'ont pas vraiment permis d'obtenir les résultats souhaités...

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise