Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Cell Constraint & Cancer veut soigner le cancer par une pression physique sur les cellules




Depuis sa création en 2009, la société Cell Cons­traint & Cancer ex­plo­re une nou­velle voie pour gué­rir cer­tains can­cers, afin de per­mettre aux tis­sus atteints d’une tu­meur de redevenir sains.



Remy Brossel, directeur scientifique et créateur de  Cell Constraint et Cancer (Photo :DR)
Remy Brossel, directeur scientifique et créateur de Cell Constraint et Cancer (Photo :DR)

Depuis sa création en 2009, la société Cell Constraint & Cancer explore une nouvelle voie pour guérir certains cancers, afin de permettre aux tissus atteints d’une tumeur de redevenir sains. La start-up basée à Arles a été créée par Rémy Brossel, oncologue médical et physicien, qui a découvert en 2003 le rôle joué par la pression physique sur les tumeurs cancéreuses.

 

Directeur scientifique de la société aujourd'hui présidée par son fils Barthélémy Brossel, Rémy Brossel propose d'agir sur les cellules cancéreuses en incorporant des particules ferriques aimantables dans la matrice extracellulaire entourant la tumeur. Dans un second temps, un champ magnétique agit sur les nanoparticules injectées pour exercer une pression sur les cellules.

 

« Nous transformons l’énergie magnétique en énergie mécanique. Un champ de contraintes est exercé sur la cellule », explique Rémy Brossel. Diplômé de la prestigieuse université américaine de Stanford, il prône le traitement du cancer par la mécanobiologie, une discipline apparue aux États-Unis au début du XXIe siècle. 


Essais cliniques dans trois à quatre ans

Expérimenté in vitro, la technique brevetée développée par Cell Constraint & Cancer a prouvé son efficacité. Après une publication dans le magazine PloS One en avril 2016, Rémy Brossel a présenté en décembre 2016 ses travaux à l'Innovative Task Force de l’European Medicines Agency, puis à la Société française de Nanobiologie. En 2017, il va greffer un cancer humain du pancréas sur une souris, puis exercer un champ de contraintes pour démontrer l'action bénéfique des particules ferriques. 
 
Cell Constraint & Cancer prévoit les premiers essais cliniques sur l'homme pour 2020, " si nous avons les ressources nécessaires" précise Rémy Brossel. "Une thérapeutique basée sur les lois de la physique et non pas de la biologie est plus rapide à développer et a beaucoup moins de risque d’être interrompue pour toxicité ou inefficacité."

 

Le marché est énorme. Le seul cancer du pancréas provoque chaque année en France 11 000 décès. Un chiffre en forte progression : le nombre de patients déclarant cette maladie est passé de 5 000 à 12 000 en une décennie. 95% des malades décèdent dans les deux ans. Les traitements actuels à base de radiothérapie et de chimiothérapie permettent dans le meilleurs des cas de gagner quelques mois au prix d'effets secondaires indésirables considérables.


5 M€ d'investissements nécessaires

Cell Constraint & Cancer envisage une introduction en bourse fin 2017.
Cell Constraint & Cancer envisage une introduction en bourse fin 2017.
Pour l'instant, Cell Constraint & Cancer consomme du capital mais ne génère pas de chiffre d'affaires. Sans être colossaux, les investissements nécessaires sont conséquents. Rémy Brossel les évalue à 5 M€. La seule construction d’un radiant à champ magnétique représente une enveloppe de 300 000 €.

Cell Constraint & Cancer pourrait réaliser une augmentation de capital en 2017, ou tenter une introduction en Bourse.  Avec l'aide de l'agence de développement économique Provence Promotion, la start-up  a noué des contacts avec le réseau France Life Imaging et le National Cancer Institute.

En partenariat avec la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur
 

Nathalie Bureau du Colombier/Gérard Tur.

Vendredi 13 Janvier 2017




Lu 1345 fois

Nathalie Bureau du Colombier/Gérard Tur.

Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Affiches électorales et femmes sans visage


avis d'expert

Razika Adnani, philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil.