Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Cap Vert Energie se développe au Maroc


Cap Vert Énergie signe son deuxième contrat en Afrique subsaharienne avec IBITEK-Group et se développe ainsi au Maroc. La jeune pousse veut s'installer dans d'autres pays où le coût de l’électricité photovoltaïque devient compétitif avec le prix de vente de l’électricité conventionnelle délivrée par le réseau.



Cap Vert Energie finance et exploite des centrales solaires. (Photo Cap Vert Energie).
Cap Vert Energie finance et exploite des centrales solaires. (Photo Cap Vert Energie).
FRANCE / MAROC. Implanté à Marseille, le producteur d'énergie renouvelable indépendant Cap Vert Énergie (2M€ de chiffre d'affaires en 2014) se spécialise dans le marché du photovoltaïque et de la méthanisation avec valorisation du biogaz.
La jeune pousse apporte ainsi des réponses aussi bien aux besoins énergétiques qu'aux enjeux écologiques des entreprises. Elle équipe des sites industriels isolés pour réduire leur dépendance en matière d’électricité fossile.

« Nous n’étions que trois associés au départ. Aujourd’hui, six ans après notre création, l’entreprise compte quarante-deux employés » déclare Pierre de Froidefond, l’un des trois co-fondateurs avec Christophe Caille et Hervé Lucas.
 
Cap Vert Énergie, certifié ISO 9001:2008, travaille sur le développement, la conception, le financement, et l’exploitation de centrales de production d'énergie renouvelable. Il est notamment présent à Marseille, Toulouse, Lyon et au Mans. « Nous pouvons déjà compter sur un parc d’énergie renouvelable de 31 MG (MégaWatts), essentiellement en France » précise Pierre de Froidefond.

Partenariat avec IBITEK

Pierre de Froidefond, Hervé Lucas et Christophe Caille, les trois co-fondateurs de Cap Vert Energie. (Photo CVE).
Pierre de Froidefond, Hervé Lucas et Christophe Caille, les trois co-fondateurs de Cap Vert Energie. (Photo CVE).
Après une levée de fonds de 6,7 M€ en juillet 2015, Cap Vert Énergie a signé un contrat avec IBITEK-Group au Maroc le 27 octobre 2015 pour l'implantation d'une centrale solaire à Casablanca. Un second succès en Afrique après le contrat signé avec Senemeca au Sénégal en décembre 2014. La jeune pousse française propose à ses clients une hybridation solaire-diesel. Un nouveau marché pour les alimentations électriques de grande puissance, que Cap Vert Énergie compte bien conquérir.
« Il s'agit à la fois de lancer une activité et de mieux connaître un marché prometteur. Nous améliorons  la compétitivité en énergie des sites industriels. Les clients sont demandeurs des solutions hybrides que nous proposons » commente Pierre de Froidefond.

Le contrat signé avec IBITEK-Group permet à Cap Vert Énergie de travailler d’ores et déjà sur une dizaine de projets d’hybridation allant de 1 à 15 MW. Il prévoit la construction de la centrale photovoltaïque de Casablanca et la revente d'une partie de l'électricité sur vingt ans. La centrale va permettre à IBITEK-Group de réduire sa consommation d'énergie fossile. Elle produira de l'énergie renouvelable qui couvrira 25 à 60% des besoins du site industriel.
 
En s’installant au Maroc, et précédemment au Sénégal, Cap Vert Énergie parie sur l’hybridation solaire-diesel pour lancer son développement à l’international. L'entreprise voit plus loin et surtout plus grand. Pour cela, elle réalise des études visant à mesurer le potentiel d'autres marchés et « pour savoir quels gisements solaires seraient les plus productifs. Nous regardons aussi si les pays dans lesquels nous aimerions nous implanter ont une parité réseau sur l'énergie renouvelable*». Cap vert cible donc des pays où les énergies fossiles ne sont pas subventionnées par les pouvoirs publics.

« Nous sommes déjà présents en Afrique, grâce notamment à l’hybridation solaire-diesel, mais nous réalisons des études pour construire de nouvelles centrales. Nous évoluons en fonction de nos clients, de leurs besoins, ce qui peut nous amener dans de nombreux pays.... Nous voulons passer à un parc de 370 MG à l’international d’ici à 2020 » conclut son co-fondateur.

* "Pour les installations où l’électricité solaire peut être consommée « sur place », la « parité réseau » caractérise le moment à partir duquel le coût de l’électricité photovoltaïque devient compétitif avec le prix de vente de l’électricité conventionnelle délivrée par le réseau. En d’autres mots, le coût de production du kWh photovoltaïque est équivalant au coût d’achat de l’électricité au détail. " Définition du rapport des États généraux du solaire photovoltaïque d'octobre 2011.

Cap Vert Energie continue son développement à l'international. (Photo CVE)
Cap Vert Energie continue son développement à l'international. (Photo CVE)

Ludivine Tur

Vendredi 20 Novembre 2015




Lu 4538 fois

Ludivine Tur

Les articles qui devraient vous intéresser
< >










RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA