Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

CMI : l'intégration méditerranéenne passera par le pragmatisme


En un an d'existence, les initiateurs du Centre de Marseille pour l'intégration en Méditerranée valident plus que jamais son concept original d'institution dédiée à la connaissance à destination des politiques publiques. De nouveaux partenariats se mettent en place et les sujets traités se veulent toujours plus concrets.



Pour Mats Karlsson, directeur du CMI, le volontariat est l'une des clés du fonctionnement du centre
Pour Mats Karlsson, directeur du CMI, le volontariat est l'une des clés du fonctionnement du centre
MEDITERRANEE. Rester concret, pragmatique en privilégiant les retours d’expérience, la coopération et les partenariats, c’est le message en forme de satisfecit qu’ont voulu faire passer les partenaires et financeurs du Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée (CMI), réunis le 18 novembre 2010 pour dresser le bilan de la première année d’existence du Centre.

Premier constat : les quatorze programmes qui avaient été initialement définis autour de cinq grands thèmes (Développement urbain et spatial ; Environnement et eau ; Compétences, emploi et mobilité des travailleurs y compris les problématiques des jeunes ; Transport et logistique et Economie du savoir, innovation et technologie) sont tous maintenus. Les problématiques de l’emploi et de l’environnement sont  jugés prioritaires.

Parmi les premières réalisations concrètes, la publication en avril 2010 du guide « Planifier et gérer un technopôle en Méditerranée ». Il est utilisé aujourd’hui comme ouvrage de référence par plusieurs pays du sud.
 
« Un autre dossier qui avance bien est celui de l’établissement de fiches d’évaluations des universités dans les pays de la région MENA et Afrique du Nord », explique Mats Karlsson, directeur du CMI. Il s’agit d’une première étape vers une plus grande intégration des dispositifs universitaires de la région afin de favoriser la mobilité des étudiants et des chercheurs et leur reconnaissance internationale, à l’image du processus de Bologne instauré par l’Europe en 1999. « Mais c’est bien aux universités et à leurs gouvernements de choisir comment ils veulent être évalués », précise Mats Karlsson, insistant sur le principe du volontariat qui caractérise la démarche du CMI.

Une collaboration élargie

Sur le plan financier, le budget du CMI a été revu à la hausse de 18 à 22 M$ (13 à 16 M€) sur trois ans, grâce à la création d’un fonds d’affectation multi donneurs auquel participe notamment l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 2 M$ (1,45 M€). 
L’organisme de développement allemand GTZ pourrait rejoindre le Centre prochainement. De même la Syrie pourrait bientôt s’associer aux partenaires initiaux, qui s'étaient regroupés autour de la Banque mondiale , de la Banque européenne d’investissement (BEI) et de divers ministères ou organismes financiers dépendant de l'Etat français, pour créer le CMI. De nouvelles collaborations se mettent également en place avec la Ligue arabe, l’Union pour la Méditerranée ou encore la Communauté européenne.

« Pour l’avenir, le CMI doit encore plus s’appuyer sur les demandes et les projets concrets. Il faut également plus de participation du secteur privé et accroître celle des pays du sud », estime Shamshad Akhtar, vice-présidente de la Banque mondiale pour la région Moyen Orient et Afrique du Nord. Plus que jamais l'objectif est d'avancer pas à pas, sur des sujets très précis, afin de permettre aux décideurs de prendre des décisions éclairées et surtout, le Centre entend ne pas s'engager dans la voie sans issue des grands débats politiques.
 
Lire aussi :Les pays méditerranéens veulent créer des mécanismes d’équivalence des diplômes
 Mats Karlsson : « Le développement de la Méditerranée passe par l’intégration » 
                 
                   


Brigitte Challiol


Vendredi 19 Novembre 2010



Lu 2227 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise