Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Bientôt un indice des risques côtiers en Méditerranée


planbleu

Pour rendre plus efficace la gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée face aux impacts de la variabilité et du changement climatiques, le Plan Bleu travaille à la mise au point d’un indice des risques côtiers.



Bientôt un indice des risques côtiers en Méditerranée
MÉDITERRANÉE. Souvent très peuplées, abritant des infrastructures indispensables aux transports et aux activités économiques,  les zones côtières sont des territoires sensibles. Elles se montrent aussi particulièrement vulnérables à la variabilité et au changement climatique que les études scientifiques confirment.

Comment apprécier cette vulnérabilité sur les côtes méditerranéennes afin de fournir des outils d’aide à la décision aux responsables en charge de la mise en place de stratégies d’adaptation ? C’est la finalité de l’indice de risques côtiers sur lequel travaille les équipes du Plan Bleu en partenariat avec les experts d’Acclimatise. « L’élaboration de cet indice s’inscrit dans le cadre du projet ClimVar qui vise à promouvoir le recours à la gestion intégrée des zones côtières comme un outil pour faire face aux impacts de la variabilité et du changement climatiques »  précise Antoine Lafitte, chargé d’études au Plan Bleu, « il s’agit d’élaborer une méthodologie pour identifier les zones à risques le long des côtes méditerranéennes afin d’en dresser la cartographie et ensuite définir les actions prioritaires à mettre à œuvre ».

Une approche novatrice

Onze pays (Maroc, Tunisie, Algérie, Libye, Egypte, Palestine, Syrie, Croatie, Albanie, Monténégro et Bosnie Herzégovine) participent à ces travaux, démarrés en octobre 2014. Pour élaborer cet indice, plusieurs variables ont été prises en compte comme l’exposition aux risques (densité de population, types d’activités socio-économiques etc.), les vulnérabilités (profil des côtes, résilience ou pas de l’éco système etc.) ou encore les pressions exercées sur ces côtes (tempêtes, hausse du niveau de la mer, sécheresses etc.). Chaque variable a fait l’objet d’une pondération en fonction de différents paramètres. « Il s’agit d’une approche novatrice et d’une méthode simple, efficace et surtout peu coûteuse à mettre à place car nous avons utilisé et analysé des données disponibles. La nouveauté tient à la possibilité de croiser ces informations,  ce qui avait été rarement fait jusqu’ici » relève Antoine Lafitte.

Outre une cartographie régionale des zones à risques sur le bassin méditerranéen, l’indice va permettre de dresser des cartographies nationales, voire même locales. Cela a déjà été fait pour la province de Tétouan au Maroc grâce aux données fournies localement. A partir de cet exemple, d’autres régions souhaitent disposer d’une telle  cartographie locale. Les travaux méthodologiques pour élaborer l’indice des risques côtiers sont aujourd’hui en cours d’achèvement. Avec comme objectif à terme de permettre aux vingt et un pays du pourtour méditerranéen d’utiliser cet  outil pour se préparer aux impacts des changements climatiques à venir.
 



Mercredi 15 Juillet 2015




Lu 1116 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Arabie saoudite
vs Qatar : Vers l'escalade ou l'apaisement ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil.