Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Avec Homer, l’open data s’installe en Méditerranée




L’institut de la Méditerranée participe au premier projet transnational d’ouverture des données publiques. Baptisé Homer, il vise à la fois à renforcer la transparence des politiques publiques et à générer des applications économiques innovantes.



Les partenaires d'Homer étaient réunis en Crète, du 2 au 5 octobre 2012, pour travailler sur la capitalisation du projet. (photo : Homer project)
Les partenaires d'Homer étaient réunis en Crète, du 2 au 5 octobre 2012, pour travailler sur la capitalisation du projet. (photo : Homer project)

EUROPE / MEDITERRANEE. Dix-neuf partenaires issus de huit pays méditerranéens* participent au projet européen Homer (Harmonising Open data in the Mediterranean through better access and Reuse of public sector information) destiné à harmoniser l’ouverture des données publiques (open data) dans l'espace euroméditerranéen. Développé d’abord aux États-Unis, le concept d’open data émerge désormais en Europe.

De quoi s’agit-il ? Les organisations publiques (collectivités, agences, services d’État, etc.) choisissent d’ouvrir une partie des informations dont elles disposent au public. Ce peut être le cadastre d’une commune, la liste des hôtels d’une région ou encore les menus des cantines des écoles. Autant d’informations jusqu’ici considérées comme privées, voire confidentielles, stockées par ceux qui les possédaient sans jamais les utiliser.


Un marché numérique transnational méditerranéen

La Commission européenne a largement encouragé le secteur public à agir dans ce domaine en imposant, avec la directive Inspire, la mise à disposition de jeux de données accessibles à tous. Dans un premier temps, ce sont les informations touristiques, sur le patrimoine ou les transports, jugées peu sensibles, qui sont compilées et proposées dans un format brut aux éventuels utilisateurs. Bruxelles a pointé l’ouverture des données publiques comme l’un des éléments de la Stratégie Europe 2020 dont l’objectif est de « remettre les économies sur la voie de la croissance élevée et durable ». 

Pour appuyer son propos, l’Europe met en avant une somme d’études nationales : en 2007, le marché allemand des informations géographiques, un des secteurs que l’ouverture des données publiques stimulera le plus facilement, était évalué à 1,4 milliard d'euros, soit une augmentation de 50 % depuis 2003. Aux Pays-Bas, ce seul secteur des informations géographiques occupait 15 000 personnes à plein temps en 2008. En 2009, le gouvernement britannique considérait l’open data comme « l'énergie vitale de l'économie de la connaissance ». L’open data est également un moyen d’améliorer la transparence des politiques publiques en facilitant l’accès des citoyens à toutes sortes d’éléments de gouvernance.

Le projet Homer, lancé en Italie en avril 2012, est cofinancé par le programme de coopération territoriale européenne Med. Avec un budget total de 3,6M€ (dont 2,8M€ du programme Med et 0,8 venant des partenaires) il vise à harmoniser les politiques et les portails d’open data sur le bassin méditerranéen, mais aussi à identifier les obstacles à la réutilisation de fonds européen de développement régional. Il s'agit du premier projet transnational de mise à disposition de données publiques autour de cinq thématiques : énergie, environnement, agriculture, tourisme, et patrimoine culturel. Homer permet le regroupement des acteurs impliqués dans des initiatives d'ouverture des données publiques en jetant les bases d’un marché numérique transnational méditerranéen.

*Espagne, Italie, France, Malte, Grèce, Slovénie, Chypre, Montenegro


English version

Article écrit en partenariat avec l'Institut de la Méditerranée

Lire aussi : L’ouverture des données publiques s’accélère en Méditerranée


Mercredi 31 Octobre 2012




Lu 1418 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 12 Février 2013 - 14:37 L'Institut de la Méditerranée, vingt ans après
















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 









Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF