Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Après la Grèce, l'Italie dans la tourmente




Dette sans croissance : l'Italie est prise dans un étau. Photo GT
Dette sans croissance : l'Italie est prise dans un étau. Photo GT
ITALIE. La décision était attendue. L'agence de notation Standard and Poor's a dégradé la note de l'Italie d'un cran, la faisant passer de « A+ » à « A ». L'agence justifie ce déclassement par la croissance atone de l'Italie, qui sera ainsi privée de ressource pour rembourser ses dettes, et par la fragilité de la majorité gouvernementale qui s’effrite autour d'un Silvio Berlusconi semble-t-il plus concerné par la chirurgie esthétique et les jeunes prostituées que par la gestion de son pays.

 

Standard and Poor's en a rajouté une couche en donnant une perspective négative à cette note qui pourrait donc être encore dégradée dans les prochains mois. L'Italie devient donc pour l'agence de notation un émetteur obligataire dont la solidité pourrait être remise en cause par une aggravation de la situation économique.

 

Le gouvernement italien a immédiatement réagi en estimant l'évaluation de l'agence "faussée par des considérations politiques" et « dictées par les articles des quotidiens ». L'agence Moody's envisage pourtant de dégrader elle aussi la note de l'Italie, probablement en octobre 2011.

 

L'Italie a bien mis en place mi-septembre 2011 un plan d'austérité de 54,5 mds € pour commencer à rembourser une dette qui représente plus de 120 % du PIB (1 900 mds €) et retrouver un équilibre budgétaire en 2013. Mais comme le premier plan annoncé en juillet 2011, il n'a convaincu ni les syndicats ni le patronat, car jugé non crédible. Le plan prévoit une hausse de la TVA, un relèvement de l'âge de la retraite des femmes, des réductions de budget des ministères et des collectivités locales, une lutte accrue contre la fraude fiscale. Il avait été précédé quelques jours auparavant de la suppression d'une taxe frappant les hauts revenus. Après la Grèce, l'Italie pourrait entrer dans une période de récession en raison d'un plan d'austérité trop violent et répartissant mal l'effort à produire. Standard and Poor's n'hésite pas à annoncer une nouvelle récession en 2012 de 0,6%, puis une stagnation en 2013 et 2014.

 

La dégradation de la note de l'Italie va faire grimper les taux d'intérêt de ses émissions obligations, jugés déjà à la limite du soutenable. La troisième puissance économique de la zone euro se trouve ainsi prise en étau entre dette qui coûte de plus en plus cher et une absence de croissance qui la prive de revenus fiscaux.

 

Les difficultés de l'Italie s'ajoutent à l'échec d'une réunion des ministres des Finances européens en Pologne destinée à débloquer 8 milliards d'euros de prêts en faveur de la Grèce. Les marchés s'affolent, parient sur un défaut de paiement de la Grèce et sur l'écroulement ensuite d'autres pays comme l'Italie, le Portugal, l'Espagne, voire même la France, qui sont tous dans une situation financière catastrophique.

 

Les bourses ont une nouvelle fois plongé lundi 19 septembre avant de se redresser légèrement mardi.


Lire aussi : L'Italie adopte un plan de rigueur allégé


 



Gérard Tur


Mardi 20 Septembre 2011



Lu 2194 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise