Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Anima Investment Network innove avec The Next Society


Projet soutenu par l'Union européenne mais aussi mouvement fédérateur, The Next Society veut repenser l'innovation en Europe et au Sud de la Méditerranée en associant start-ups, pôles sectoriels et centres de transferts technologiques publics/privés.



Emmanuel Noutary, délégué général d'Anima Investment Network, chef de file de The Next Society (photo : DR)
Emmanuel Noutary, délégué général d'Anima Investment Network, chef de file de The Next Society (photo : DR)
MEDITERRANEE. L'Assemblée générale d'Anima Investment Network a révisé ses statuts pour réaffirmer le positionnement des acteurs économiques territoriaux et public en Méditerranée.
Au cours de cette réunion - qui se déroulait mardi 16 mai 2017 à Athènes - les responsables de la plate-forme pour le développement économique en Méditerranée ont affirmé leur volonté de s'ouvrir à l'Afrique et au Moyen-Orient.

Basé à Marseille, Anima Investment Network avait déjà amorcé cet élargissement de son périmètre en participant depuis deux ans à l'AIM Dubaï (réunion des ministres des Affaires étrangères des Emirats arabes unis), puis en développant des ateliers B to B lors d'HubAfrica en 2016 et, plus récemment en lançant, en février 2017, le programme européen Diafrikinvest ciblant les investissements des expatriés dans leurs pays d'origine au Maroc, en Tunisie mais aussi au Sénégal.

Dans la capitale grecque, Anima a aussi porté sur les fonts baptismaux The Next Society, dont il est le chef de file. "Il s'agit d'un projet et d'un mouvement qui réunit trente partenaires issus de quinze pays de l'Union européenne et de la rive Sud. Ce Do Tank (NDLR : centre de réflexion et d'action) est soutenu par l'UE dans le cadre d'EU4Innovation dont il est la première initiative", explique Emmanuel Noutary, délégué général d'Anima. "The Next Society veut débrider la créativité, l'innovation, renforcer les écosystèmes de l'innovation, et tenter d'améliorer les politiques publiques pour favoriser les entreprises de croissance dans le sud de la Méditerranée. Il est l'aboutissement de plusieurs initiatives d'Anima et d'autres partenaires ", poursuit-t-il.

Trois programmes pour un projet

Les partenaires de The Next Society réunis à Athènes (photo : DR)
Les partenaires de The Next Society réunis à Athènes (photo : DR)
The Next Society repose sur trois programmes. D'abord un dédié aux start-ups disposant déjà d'un potentiel d'internationalisation. Elles bénéficieront d'accompagnement, de rencontres avec des investisseurs et pourront participer à diverses actions. "Nous voulons associer les grandes entreprises à ce projet. Il peut leur apporter un vivier où chercher des innovations", précise Emmanuel Noutary.

Ensuite, un cluster réunira les pôles sectoriels du Sud pour améliorer leurs services et leurs capacités. Ils pourront ainsi tisser des partenariats avec quatre régions : la Catalogne, le Piémont, la Wallonie et Provence-Alpes-Côte d'Azur. "L'idée est d'amener les start-ups et les clusters ensemble sur des événements d'affaires pour se faire connaître en Europe", indique-t-il.

Enfin, The Next Society va créer des centres de transferts technologiques à l'extérieur des laboratoires et des universités avec un fonctionnement public/privé. "Il en existe déjà une soixantaine dans le Sud de la Méditerranée avec de grosses inégalités. En Jordanie, ils sont très développés alors qu'au Maroc il n'en existe pas. Ce travail est fait dans ce pays par les universités et les consultants", détaille-t-il.

Anima lance Anima Expertise

Le projet s'adresse aux business angels, incubateurs, clusters, agences de développement économiques locale, régionale, nationale, ONG.... de sept pays (Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine, Tunisie) plus l'Europe et concerne plusieurs thématiques. Sont ciblés en priorité les secteurs de l'agroalimentaire, du clean tech, du green tech, du numérique et pour certains pays les industries mécaniques. "Nous allons renforcer les services de 260 pôles d'innovation de la région méditerranéenne et accompagner plusieurs centaines de start-ups", commente le délégué général d'Anima.

The Next Society dispose d'un budget de 7 M€ (cofinancé à 90% par l'UE) sur quatre ans pour son plan d'action.

"The Next Society veut changer le monde, la société, et sera très fédératrice, une véritable communauté. Nous croyons beaucoup au "reverse innovation" avec des produits, des services, inventés au Sud de la Méditerranée et qui peuvent servir au monde entier. Ces pays ont la nécessité d'apporter aujourd'hui des réponses qui serviront à l'Europe demain. Comme, par exemple sur la thématique de la pénurie d'eau", insiste Emmanuel Noutary.

Parallèlement, Anima Investment Network lance un nouveau service, Anima Expertise, pour renforcer les transferts de compétence entre les agences de développement économique européennes et du Sud de la Méditerranée. "Nous recensons les besoins ou les offres d'assistance de nos partenaires. Anima Expertise complètera Anima Projet qui assure l'ingénierie des projets de coopération. Ainsi, nous devenons un intermédiaire entre les bailleurs de fonds et les acteurs de terrain", souligne le délégué général d'Anima.




Lundi 22 Mai 2017



Lu 3747 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 11 Juillet 2017 - 08:19 Bruxelles décaisse 100 M€ pour la Tunisie


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA