Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Améliorer l’employabilité des jeunes en Méditerranée




Le programme HOMERe prépare les jeunes diplômés à entrer sur le marché du travail.



Ecole centrale de Marseille (Wikimedia JosuéJacob)
Ecole centrale de Marseille (Wikimedia JosuéJacob)
En Méditerranée, l’inadéquation des compétences reste un frein majeur pour entrer sur le marché du travail. D’après la Banque mondiale, cela explique le non recrutement des jeunes (15-24 ans) pour 42% des entreprises de la région Mena. La méconnaissance du monde du travail et de ses standards est aussi un handicap pour le premier emploi.

Déjà pénalisés par la crise et aujourd’hui par une croissance atone, les jeunes connaissent des taux de chômage élevés : 23,7% en Afrique du Nord, selon l’Organisation internationale du travail. En Grèce et en Espagne, plus d’un jeune sur deux est au chômage. Et les perspectives sont moroses. Le chômage des jeunes en Afrique du Nord devrait rester proche de 24% jusqu’en 2018 et grimper à 30% au Moyen Orient. Sur la rive Sud, le taux de chômage des diplômés du supérieur figure parmi les plus élevés au monde.

Pour améliorer la mobilité et l’employabilité des jeunes diplômés, le programme HOMERe (High Opportunity for the Mediterranean Executives Recruitment) a été lancé en 2015 par le Réseau méditerranéen des écoles d’ingénieurs et de management (RMEI) et les Conseillers du commerce extérieur de la France. HOMERe favorise l’immersion des jeunes dans le monde de l’entreprise par le biais de stages internationaux de longue durée : l’étudiant est sélectionné par le RMEI, qui le prépare à la mobilité, l’assiste dans ses démarches pour l’obtention du visa, lui donne un complément de formation éventuel.
 

Pour les entreprises en développement des deux côtés de la Méditerranée, les avantages sont réels : gain de temps, processus gratuit et transparent, constitution d’un vivier de jeunes talents opérationnels. Dans sa phase pilote, HOMERe implique quatre pays du Nord (France, Espagne, Grèce, Italie) et cinq de la rive Sud (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte et Liban). Il devrait ensuite se déployer sur l’ensemble du pourtour méditerranéen.

« Aujourd’hui, les entreprises internationales recrutent local. Mais avec la distance physique, les équipes ne se connaissent pas, il y a des problèmes de communication et un manque de confiance. Or, on a besoin de jeunes qui comprennent la culture professionnelle de l’entreprise », souligne Philippe Saliou, enseignant chercheur à l’Université de Bretagne Occidentale, membre du RMEI.

Au Maroc, le groupe informatique CGI  recourt à HOMERe, pour ses stages de préembauche. En lien avec l’université de Brest, CGI Maroc sélectionne chaque année une quarantaine de lauréats des universités publiques marocaines. « Pour les stagiaires envoyés chez CGI France, c’est un accélérateur de compétences en début de carrière, sur les aspects techniques mais aussi sur les compétences soft, la communication, la capacité à rédiger, à travailler en équipe. Le point fort c’est la mobilité, l’immersion dans un master à l’étranger, un stage opérationnel avec des projets clients », indique Mohamed Lakhlifi, directeur général de CGI Maroc.



Mercredi 2 Septembre 2015




Lu 482 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA