Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Alep va connaître un peu de répit




Alep de nouveau frappé lourdement (photo OSDH)
Alep de nouveau frappé lourdement (photo OSDH)
SYRIE. La ville d'Alep va connaître un arrêt anticipé des frappes aériennes sur Alep. Le gouvernement russe avait déjà annoncé une "pause humanitaire" de huit heures jeudi 20 octobre 2016 à partir de 5h GMT (8h localement) à 13h GMT (16h), il indique, mardi 18 octobre 2016, qu'il cesse, tout comme les Syriens du régime, ce jour les bombardements aériens sur l'ancienne capitale économique syrienne.

Tout en se félicitant de ce répit bienvenu pour permettre aux civils de quitter la ville mais aussi évacuer les malades et les blessés, Stéphane Dujarric regrette que la "pause humanitaire ne dure que huit heures". Le porte-parole de l'Onu affirme avoir "besoin de plus temps pour mettre en route la machine humanitaire."

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) s'alarmait, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 octobre 2016, de nouvelles frappes meurtrières (cinq tués dont trois enfants et une femme) sur Alep et plus particulièrement dans la vieille ville et les quartiers de al-Sekkary, al-Ferdus, Bostan al-Qasr, Sakhur, al-Salhin, Kallaseh, Zebdiyyeh et Jam'eyyat al-Zahra'a. Quatre-vingt deux morts sont également recensés par l'OSDH dans des combats entre rebelles et forces du régime.

Pas de sanction contre la Russie

Le régime syrien de Bachar el-Assad, suppléé par l'armée russe, mène depuis le 22 septembre 2016 une offensive contre les quartiers rebelles à Alep. Selon l'OSDH, quelque 430 personnes, principalement des civils, ont péri dans les bombardements. Si elle a condamné l'intervention dans ce conflit de la Russie et surtout les actes contre les civils, l'Union européenne, qui parle même de poursuites probables pour "crime de guerre", n'envisage pour le moment aucune sanction contre Vladimir Poutine. La chèfe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, précisait à la presse lundi 17 octobre 2017 à Luxembourg, "j'ai vu que cela a été beaucoup évoqué dans les médias, mais pas dans nos réunions. Dans aucune d'elles, la question (ndlr : de sanctions contre la Russie) n'a été soulevée par un seul Etat membre." Même si elle ne les exclue pas pour le régime d'Assad : "Il y a des discussions là-dessus, bien sûr, ça fait partie des possibilités" indique-t-elle.

Des déclarations à l'encontre de celle de Jean-Marc Ayrault. Le ministre français des Affaires étrangères, présent également à cette réunion au Luxembourg destinée à notamment faire le point sur le siège d'Alep, affirme que les nations présentes "examineront toutes les options qui permettront de faire pression beaucoup plus fort encore sur le régime de Bachar al-Assad, mais aussi sur ses alliés."


Eric Apim


Mardi 18 Octobre 2016



Lu 721 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Affiches électorales et femmes sans visage


avis d'expert

Razika Adnani, philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA