Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

20 février, changement sociétal au Maroc




Quartier de Sidi Moumen à Casablanca (photo Christelle Marot)
Quartier de Sidi Moumen à Casablanca (photo Christelle Marot)
MAROC. Plus de deux mois après l’approbation par référendum d’une nouvelle Constitution, le mouvement du 20 Février est de retour dans la rue.

Après la trêve estivale, des milliers de manifestants ont défilé dans les quartiers populaires de plusieurs grandes villes du royaume. Porté par une poignée d’irréductibles, le mouvement semble s’essouffler, tandis que se profilent des élections législatives anticipées, programmées le 25 novembre 2011.

« Il y aura un avant et un après le 20 Février », affirme Omar Balafrej, président de la Fondation Abderrahim Bouabid. « C’est un changement sociétal. Une partie de la jeunesse, même si elle reste minoritaire, est sortie dans la rue pour dire non, tout ne va pas si bien, contrairement à ce que le pouvoir marocain laisse entendre. Elle s’est levée pour prendre son destin en main. Cette jeunesse, issue essentiellement de la classe moyenne, ne veut pas émigrer, mais changer les choses de l’intérieur (…) C’est quelque chose d’assez extraordinaire, quand on connaît la dépolitisation de la vie marocaine ces dix dernières années », analyse le militant.

La contestation sociale s'amplifie

Le mur de la peur est tombé. Depuis, la contestation sociale s’amplifie. Pour calmer les revendications, le gouvernement marocain a accepté de revaloriser les salaires des fonctionnaires et de recruter plusieurs milliers de diplômés chômeurs.

Dans le même temps, les dépenses de compensation, destinées à contenir le prix des denrées de base, ont explosé. Elles devraient atteindre 45 milliards de MAD à la fin de l’année 2011 (3,9 milliards €), soit une hausse de 50%.

Dans ce contexte, l’élaboration de la loi de finances 2012 est un casse tête, rendu plus ardu encore par les turbulences de la zone euro et la crainte d’une récession économique mondiale.

Le tourisme a souffert du printemps arabe. La bourse de Casablanca est en recul, de plus de 8,5% depuis le début 2011. De leur côté, les investissements directs étrangers ont baissé de 13,8% à 10, 82 milliards de MAD (950 millions €), entre janvier et juillet 2011.

Que se passera t-il si le Maroc est touché par la crise?

Pour autant, la croissance marocaine reste soutenue, grâce au boom des phosphates et à une pluviométrie favorable. Elle devrait s’établir à 4,5% en 2011.

« Mais que se passera t-il en cas de sécheresse ou si le Maroc subit à son tour la crise ? », interroge Omar Balafrej. « Malgré le 20 Février et le vote de la nouvelle Constitution, sur le fond, la classe politique et les élites n’ont pas pris pleinement la mesure des problèmes. Le Maroc connaît trop d’inégalités et d’injustices sociales. Et comme la classe politique actuelle n’est pas légitime, qu’elle a perdu la confiance des Marocains, le risque d’affrontements plus durs existe (…) On entend des revendications aujourd’hui qui ne sont pas tenables et montrent à quel point le désarroi est grand chez certains ».

A la rentrée, le gouvernement d’Abbas El Fassi a remis sur le tapis le projet de création d’une indemnité pour perte d’emploi, un dossier évoqué pour la première fois en 2004. La création d’un impôt sur la fortune est par ailleurs évoquée. Sur fond de campagne électorale, ces promesses laissent rêveur.




Mardi 13 Septembre 2011



Lu 2413 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise